Mot du secrétaire général du comité international de l’UJAD Mr. Steve BANOK

Distingués invités en vos rangs et grades respectifs, 

Chers frères et sœurs Africains, 

Mesdames et Messieurs, 

Mes premiers mots s’adressent à vous Madame RACHIDA USMANU et Monsieur Valère AFA’A responsables respectivement de l’INTERNATIONAL ADVOCACY FOR FEMALE DEVELOPMENTINITIATIVE et de la représentation nationale de l’UNION DE LA JEUNESSE AFRICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT afin de vous remercier vous et vos organisations respectives pour l’organisation de cette importante rencontre sous le thème : «  La Jeunesse Africaine face à l’impératif de sécurité à l’aune des crise sanitaires : Cas de la pandémie liée au COVID-19 au Cameroun en prélude de la rentrée scolaire 2020 – 2021. 

Alors que de nombreux efforts sont consentis à la recherche de solutions en vue de l’éradication de la crise nous nous félicitons de ce que des propositions de solutions n’ont de cesse de voir le jour à l’échelle continentale dans un contexte où de nombreux pays à travers le monde subissent une seconde vague de cette pandémie. 

En effet, bien que n’ayant pas enregistré autant de décès dû à la COVID-19 que certains continents, la situation dans nos sociétés est alarmante. La plaie s’est davantage infectée ! Une fois de plus notre continent est éprouvé ! Déjà fragilisé par les maux et fléaux qui minent nos sociétés, la COVID19 vient sonner la cloche de l’éveil des populations africaines en tant que peuple uni dans sa diversité. Les expériences nous démontrent que « les chemins difficiles mènent très souvent à de merveilleuses destinations ». Aussi, à l’UJAD nous sommes convaincus de ce que malgré son lot de peine la pandémie COVID -19 est une opportunité de susciter la prise de conscience par les populations africaines de l’importance de leur auto détermination dans leur marche vers le développement. En effet, alors que les programmes économiques et régionaux ont subi un coup de ralentissement du fait de cette crise, l’Afrique n’a pas d’autre choix que de réaliser son plein potentiel dans le développement, la culture, la paix et établir des sociétés florissantes. Pour ce faire, il est temps pour nous populations africaines de se sentir concerner et d’agir au quotidien pour la réalisation des sept (07) aspirations de l’Union Africaine à l’horizon 2063. 

En outre, nous nous félicitons de la réaction des chefs d’Etats et de gouvernements qui n’ont pas hésité à utiliser en mondovision les moyens de télécommunication courants pour aboutir à la mise en place d’un plan d’action harmonisé de gestion de crise. Ce type d’initiative ayant inspiré bons nombres d’institutions ne devrait pas se limiter à la gestion de la COVID-19. Car cette crise a contribué à accentuer les difficultés sociales, économiques et politiques dont fait face notre continent. Ainsi, malgré son lot de malheur, la COVID-19 nous en sommes convaincus est une porte ouverte à l’Afrique lui donnant accès à de nouveaux horizons.  

Distingués invités, 

Chers frères et sœurs Africains, 

Mesdames et Messieurs, 

Cet évènement qui marque l’UNION de deux organisations africaines, est la preuve irréfutable que plus que jamais les sociétés civiles africaines ont pris consciences de l’importance d’une UNION INTERAFRICAINE dans la recherche de solutions aux maux qui fragilisent notre continent.  L’UJAD ayant depuis sa création en 2012 compris l’importance d’une synergie d’action a mis en place des organes à la hauteur de ses ambitions et adaptées au contexte sociale de nos pays. 

C’est ainsi que nous n’avons pas été en reste dans cette lutte contre la COVID-19. Notre centre de recherche constitué de nombreux chercheurs africains à travers le monde a à son actif de nombreuses propositions dont l’une d’entre elle a été plébiscitée par le Ministère camerounais de la santé publique qui nous soutien désormais dans la mise en œuvre d’un plan d’action décentralisé pour l’accompagnement de l’Etat camerounais dans le cadre de la riposte contre les effets de la pandémie liée au COVID-19. 

Dès lors, cet évènement nous interpelle tous autant que nous sommes réunis dans cette salle. Chacun selon son potentiel et ses moyens d’action nous devons nous impliquer afin d’être à mesure de faire abstraction des douleurs causés par la COVID-19 et saisir véritablement les opportunités qui s’y cachent. 

C’est sur ces mots que au nom de Madame Djamilah SANOU présidente du comité International de l’Union de la jeunesse Africaine pour le Développement, Je déclare ouvert les travaux de cette conférence ;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »